Entre intérêts, 2019, techniques mixtes, dimensions variables, exposition monographique de Maëlle Dufour, biennale Watch This Space 10, réseau 50° nord. Les Brasseurs, Liège et L’ISELP, Bruxelles  – © Isabelle Arthuis et Ithier Held

L’installation Entre-intérêts se déploie à l’occasion de la Biennale Watch this Space 10, dans une dualité spatiale. Entre des yeux de nature variés, on déambule et on est observé. Sous les feux des projecteurs, dans la pénombre d’une ruine, entre les regards des passants, sur une autoroute inclinée… L’espace des Brasseurs se dévoile dans l’errance.

Et d’être la chose regardée, on en devient celui qui la surveille. Être quelqu’un, être tout le monde et n’importe qui, n’être personne. Car même celui qui surveille se confond avec le sujet de son observation.

Maëlle Dufour fait osciller la notion d’intérêt entre source d’unification collective et bénéfice exclusif à chacun. Alors tout en liant deux lieux géographiquement éloignés, Entre-intérêts crée un espace intermédiaire où le processus de réception-émission est questionné… Les corps, les rôles sociaux et les jeux d’observation réciproques sont en constante inversion.

Alexandre Rosenzwey

Par l’intermédiaire de son projet Entre intérêts,  Maëlle Dufour transforme l’espace d’accueil de l’ISELP en centrale de surveillance. Elle invite les visiteurs à prendre place sur son dispositif circulaire et à faire face à un écran d’ordinateur. Juchés à près de deux mètres du sol, ils peuvent observer d’autres personnes, d’autres espaces. Cette position de surveillant représente un avantage aussi ludique que voyeur et questionne notre rapport à l’image de soi.

Antenne d’une exposition individuelle éponyme présentée aux Brasseurs, l’installation présentée à l’ISELP occupe deux territoires. En immisçant un lien de surveillance entre Bruxelles et Liège, elle interroge les liens qui sont susceptibles d’unir ou de désunir deux territoires belges, et bouscule le rapport de force entre la capitale et la région.

Mélanie Rainville, curatrice de l’Iselp

L’installation Entre-intérêts se déploie à l’occasion de la Biennale Watch this Space 10, dans une dualité spatiale. Entre des yeux de nature variés, on déambule et on est observé. Sous les feux des projecteurs, dans la pénombre d’une ruine, entre les regards des passants, sur une autoroute inclinée… L’espace des Brasseurs se dévoile dans l’errance.

Et d’être la chose regardée, on en devient celui qui la surveille. Être quelqu’un, être tout le monde et n’importe qui, n’être personne. Car même celui qui surveille se confond avec le sujet de son observation.

Maëlle Dufour fait osciller la notion d’intérêt entre source d’unification collective et bénéfice exclusif à chacun. Alors tout en liant deux lieux géographiquement éloignés, Entre-intérêts crée un espace intermédiaire où le processus de réception-émission est questionné… Les corps, les rôles sociaux et les jeux d’observation réciproques sont en constante inversion.

Alexandre Rosenzwey

Par l’intermédiaire de son projet Entre intérêts,  Maëlle Dufour transforme l’espace d’accueil de l’ISELP en centrale de surveillance. Elle invite les visiteurs à prendre place sur son dispositif circulaire et à faire face à un écran d’ordinateur. Juchés à près de deux mètres du sol, ils peuvent observer d’autres personnes, d’autres espaces. Cette position de surveillant représente un avantage aussi ludique que voyeur et questionne notre rapport à l’image de soi.

Antenne d’une exposition individuelle éponyme présentée aux Brasseurs, l’installation présentée à l’ISELP occupe deux territoires. En immisçant un lien de surveillance entre Bruxelles et Liège, elle interroge les liens qui sont susceptibles d’unir ou de désunir deux territoires belges, et bouscule le rapport de force entre la capitale et la région.

Mélanie Rainville, curatrice de l’Iselp